Compte-rendu de l’Assemblée Générale du SIUEERPP du 6 décembre 2009

Mardi 22 décembre 2009, par admin2 // Assemblées générales

Compte-rendu de l’Assemblée Générale du SIUEERPP du 6 décembre 2009 18, rue de Varenne 75 007 Paris

Étaient présents et/ou avaient donné procuration :
A. Abelhauser, F. Benslama, D. Bernard, A. Brun, J. Cabassut, C. Caleca, C. Chabert, B. Chouvier, A. Ciccone, A. Cohen de Lara, M.L. Constantini , P.P. Constantini , J.P.Durif-Varembont,, V. Estellon, R. Gori L, M. Grollier, M. Ham, C. Hoffmann, L. Jodeau-Belle, P-H. Keller, M. Kohn, S. Lepastier, F. Leroy, P. Macary-Garipuy, F. Marty, D. Mellier, S. Missonnier, Y. Mouchenik, F. Pommier, R. Potier, O. Rosenblum, R. Scelles, , R. Stitou, A. Vanier , B. Verdon, C. Weismann-Arcache.

Etaient excusés :
N. Dumet, G. Guerra, M-J.Sauret, L.Zapata-Reiner.

L’assemblée générale débute ses travaux à 9 h 40 sur l’ordre du jour suivant :

  1. Bilan de la journée doctorale
  2. Point sur le « cahier de charges » défini lors de la précédente A.G.
    • Présentation du SIUEERPP dans diverses revues
    • Annuaire,
    • « newsletter »
  3. Politique des évaluations :
    • les listes des revues,
    • Europsy,
    • Ordre des psychologues
    • CNU ;
  4. Organisation d’un colloque en 2010 ;
  5. Agrément de nouveaux membres à partir des propositions de la commission d’agrément ;
  6. Questions diverses

Bilan de la journée doctorale

Un hommage appuyé est rendu aux organisateurs (Laboratoire de psychologie clinique et psychopathologie / Institut de psychologie/ Université de Paris 5 - René Descartes), pour la qualité et l’exemplarité de l’accueil et de l’organisation. Il est à souligner, comme d’habitude, des points positifs et quelques points négatifs.

  • Positifs :
    • inscription spontanée de doctorants (sans incitation du directeur de recherche)
    • forte mobilisation des doctorants (plus de 100 propositions d’interventions)
    • thésards ayant proposé des communications après soutenance
    • exercices de soutenance
    • une dimension européenne et internationale quant à l’origine des communicants : (Argentine, Belgique, Brésil, Japon, Italie, Liban, Maroc, Suisse).

Les communications seront publiées sur le site du SIUEERPP. Sept d’entre elles seront distinguées.

  • Négatifs :
    • désistement au dernier moment de collègues qui, pour certains, n’ont pas informé de leur absence après avoir donné leur accord ;
    • dans l’ensemble, peu de mobilisation des collègues pour présider et/ou discuter, ce qui est vivement regretté par l’A.G.

=> La prochaine journée doctorale aura lieu à Toulouse.
=> Thématique à réfléchir autour du thème « Avenir de la psychanalyse ».
=> En 2011, il est projeté d’organiser la journée doctorale à Lausanne.

Point sur le « cahier de charges » défini lors de la précédente A. G.

=> Présentation du SIUEERPP dans des revues

Plusieurs revues publient ce mois ou le mois prochain une présentation d’une page environ du SIUEERPP, de son histoire (10 ans !), de ses actions et des missions qu’il se donne. Ce sont :

  • Le Journal des Psychologues
  • Psychologues et Psychologies
  • Psychomedia
  • CarnetPsy

=> Annuaire

Rajaa Stitou et A. Ducousso-Lacaze sont chargés de sa réalisation. A. Abelhauser, M. Ham et S. Missonnier ont d’ores et déjà procédé à l’harmonisation de la liste des membres du SIUEERPP.

La prochaine étape consiste à établir une fiche pour chaque membre, à lui adresser pour vérification, corrections et compléments, puis à mettre l’ensemble de ces fiches, qui composeront l’annuaire, sur le site.

Si le délai de retour des fiches n’est pas respecté, la fiche figurera en l’état sur le site.

=> Idée d’une « news letter »

Un projet de maquette est déjà disponible. J. Cabassut, et M. Ham sont chargés de sa coordination.

Il est prévu un rythme de diffusion mensuel.

Les informations seront ciblées, (actualités politiques du mois, rubrique universitaire, nomination, recrutement, diplômes, etc.)

Le contenu sera court, avec des liens vers d’autres sites pour approfondir le propos.

L’essentiel du « cahier des charges » établi lors de l’AG du mois de juillet 2009 a ainsi été respecté.

Politique des évaluations :

  • Listes des revues,
  • Europsy,
  • Ordre des psychologues,
  • CNU.

Pour A. Abelhauser, les quatre points sont liés et il convient de les traiter de façon synergique. Ces questions constituent par ailleurs le cœur du débat de l’A.G.

Celui-ci est lancé à partir de la question suivante :

Peut-on réfléchir à la création de 2 sous-sections à l’intérieur de la 16ème section du CNU, ou même demander à ce que la psychologie clinique et la psychopathologie y deviennent une section autonome ?

F. Benslama précise que la motion rédigée par le « groupe des cinq » concernant la liste des revues, qui fut transmise aux membres du SIUEERPP, a déclenché des réactions de la part de l’AERES. Il est (serait ?) proposé la création d’une commission destinée à revoir la liste des revues, à condition que les signataires de la motion lèvent leur refus de participer aux comités de visites.

A. Abelhauser voudrait savoir qui participe (ou serait conduit à participer) à cette commission, de quelle marge de manœuvre elle dispose(rait), et quel statut a cette information : rumeur, promesse sans garanties, assurance, information sur un début de négociations ?

Les signataires de la motion ont demandé un moratoire de 4 ou 5 semaines : aucune visite et aucune évaluation, le temps de statuer sur les résultats de la commission de travail. Celle-ci doit imposer les 2 points suivants :

  • suppression du critère de l’impact factor et de toute procédure conduisant à un classement des revues ;
  • prise en compte des listes de revues proposées par le SIUEERPP et par le CNU.

Il s’agit là d’une dernière chance pour nos disciplines.

La stratégie utilisée par l’AERES pour les évaluations peut se résumer de la façon suivante : ex-quadriennal : pseudo dialogue ; actuel quadriennal : inexistence de dialogue avec une liste proposée … quelques jours avant le début des visites et des évaluations.

Si l’AERES persiste dans sa stratégie, il ne restera plus qu’à évaluer les évaluateurs, communiquer le plus largement possible autour de cette évaluation des évaluateurs, et saisir la justice au motif de l’équité et du droit à l’égalité au traitement, d’une part, de l’absence de représentativité significative des revues francophones, d’autre part.

L’AERES et certains de ses conseillers veulent notre mort et notre extinction, est-il énoncé à ce moment du débat. « Nous allons tous mourir pourrait être le titre de la newsletter annoncée », dit F. Benslama. À quoi R. Gori suggère qu’on se règle plutôt sur le fait que « le cadavre bouge encore » !

F. Marty énumère par le détail les plans sur lesquels ce type d’évaluation aura des conséquences directes et annoncées (recrutements, PES, promotions internes, demandes de délégations, etc.).

C’est dire les risques de stagnation de la carrière des chercheurs et de mutilation de l’avenir des jeunes chercheurs. Il est à rappeler à ce propos que les doctorants devront avoir publié un article s’ils veulent soutenir leur thèse de doctorat.

R. Gori précise que nous devons nous appuyer sur la logique aberrante et le côté ridicule de la liste renvoyant à des disciplines hétérogènes (psychologie, éthologie, ergonomie), qui ne peut que discréditer ceux qui ont établi la liste. (Par quel moyen et grâce à qui certains primatologues ont-ils pu, à ce propos, intégrer plusieurs revues de leur champ disciplinaire dans la liste AERES section 16 ?)

Il convient donc de se positionner et de lutter. En refusant la logique du classement et de l’impact factor ; en ne cédant pas sur la nécessité de reconnaissance des revues en langue française ; en proposant une liste de revues (sans classement) et surtout une réflexion sur les critères d’évaluation — et des alternatives à ceux imposés par l’AERES.

Il est ensuite question de la situation des deux laboratoires de psychopathologie clinique faisant partie des universités de la vague A, devant être à ce titre expertisés par l’AERES en décembre 2009 et janvier 2010 : Toulouse le Mirail et Lyon 2.

En ce qui concerne le premier, il s’agit de la création d’une Jeune Équipe, qui est donc dans une situation délicate, en particulier en regard de ses autorités de tutelle. Néanmoins, il est vivement conseillé à l’équipe naissante de refuser la visite.

En ce qui concerne le second, ses membres ont à l’unanimité pris position contre toute visite, tant que la liste des revues de l’AERES n’aura pas été retirée.

Le débat débouche alors sur la liste de propositions d’actions ci-après :

Propositions et modalités d’actions :

  1. Analyse critique du texte et de la liste de l’AERES :
    chargés de la mission : F. Benslama et C. Hoffmann
  2. Proposition alternative du SIUEERPP :
    chargés de la mission : M. Ham, M-J. del Volgo, S. Lepastier et M-J. Sauret
  3. Demande aux syndicats et associations de praticiens de se prononcer quant au fait que la formation des étudiants vers laquelle on se dirige correspond, ou non, à une attente sociale :
    chargé de la mission : secrétariat du SIUEERPP
  4. Élaboration d’un « questionnaire de satisfaction » sur l’usage des revues préconisées par l’AERES, destiné aux étudiants et envoyé aux UFR de psycho pour qu’ils soient remplis par ces derniers, selon la « mode actuelle » :
    chargé de la mission : secrétariat du SIUEERPP
  5. Saisie des instances sur la question de la légalité d’évaluations ne respectant pas, de fait, les principes d’égalité et d’impartialité des expertises :
    chargé de la mission : secrétariat du SIUEERPP
  6. Demande aux Équipes d’Accueil devant être expertisées de récuser les comités de visite tant que la liste de l’AERES reste la référence des expertises :
    chargé de la mission : secrétariat du SIUEERPP
  7. Demande instante aux collègues de ne pas participer aux comités de visite de l’AERES, et prise de position du SIUEERPP par rapport à ceux qui dérogeraient à cette demande :
    chargé de la mission : secrétariat du SIUEERPP
  8. Mobilisation des réseaux internationaux de chacun, et mise en commun de ceux-ci (voire relance du projet de création d’une revue internationale ?) :
    chargé de la mission : C. Chabert, M. Grollier, F. Marty
  9. Prises de contact avec d’autres sections du CNU :
    chargé de la mission : F. Pommier, M-L. Costantini
  10. Relance de « Sauvons La Clinique » et organisation d’une journée de travail en mars 2010 à Lyon :
    chargé de la mission : R. Potier
  11. Manifestation sous les fenêtres du ministre de l’enseignement supérieur et de la Recherche :
    Proposition et charge : F. Benslama

Modalités d’action qui en passent en premier lieu par la rédaction de la motion suivante :

« Le SIUEERPP, réuni en Assemblée Générale à Paris, le 6 décembre 2009 :

  • récuse la liste de classement des revues établie par l’AERES en octobre 2009 ;
  • demande à ce que celle-ci ne constitue en aucun cas le document de référence de quelque évaluation individuelle ou collective que ce soit, dans la mesure où elle bafoue les principes mêmes d’égalité et d’impartialité de l’évaluation ;
  • demande à ce que toute expertise d’équipe de recherche devant être effectuée en référence à cette liste soit suspendue.

Les membres du SIUEERPP et les équipes de recherche concernées s’engagent en conséquence à refuser toute participation ou collaboration à ces expertises.

Le SIUEERPP s’engage par ailleurs à proposer, en concertation avec les associations professionnelles et avec les étudiants concernés, une méthodologie alternative de l’évaluation de la recherche et des formations en psychopathologie et psychologie clinique, respectueuse autant de la qualité de la production scientifique que de l’insertion professionnelle des étudiants. »

Qui est mise au vote, avec le résultat suivant :

  • Nombre de votants : 36
    • Pour : 36
    • Contre : 0
    • Abstention : 0

NEMO AUDITUR QUI A PROPRIAM TURPITUDISSAN INVOCAT

A la demande de plusieurs membres, une seconde motion est également soumise au vote :

« L’assemblée générale demande à Jean-Jacques Rassial de rester solidaire avec la communauté à laquelle il appartient »

  • Nombre de votants : 36
    • Pour : 35
    • Contre : 0
    • Abstention : 1

Organisation d’un colloque en 2010

À ce moment de l’A G, l’heure n’est plus au débat. A. Abelhauser indique simplement que l’idée d’un colloque est lancée, avec une prétention clairement internationale. Il pourrait se tenir à Paris, et permettre à chaque université, à chaque équipe de recherche, d’y inviter quelques uns de ses partenaires étrangers, afin de créer les conditions d’un vaste réseau qui installe le SIUEERPP dans sa dimension internationale et participe à la reconnaissance à laquelle il travaille.

Agrément de nouveaux membres

En l’absence de P-H. Keller et de L. Jodeau-Belle, obligée de quitter l’AG pour des raisons personnelles, A. Abelhauser présente la liste des demandes, liste que la commission d’agrément a dûment approuvée. Une dernière candidature est avancée, celle de Florian Houssier, que l’AG autorise — exceptionnellement — à être présentée hors délais.

Membres :
CANELLOPOULOS Lissy (parrains : Sauret / Bernard)
DUCHET Clara (parrains : Missonnier / Estellon)
HOUSSIER Florian (parrains : Missonnier / Marty)
VIBERT Sarah (parrains : Chabert / Verdon)

Membres correspondants :
CHOUKROUN Jessica (parrains : Abelhauser / Cabassut)
COUM Daniel (parrains : Zapata-Reinert / Rabouin)

Membres affiliés :
GOZLAN Angélique (parrains : Desprats-Péquignot / Masson)
MICHEL Gilles (parrains : Gori / Keller)
PIETROCOLA Anna Maria (parrains : Keller / Ducousso-Lacaze).

L’AG donne son accord, à l’unanimité, à l’admission de ces nouveaux membres.

L’ordre du jour étant épuisé, l’AG est levée à 13 h 15.